Accueil > Bio > Démarche artistique

Démarche artistique

Dans les démarches photographiques d’Albert Picard, il y a ces paysages en évolution qui glissent sur les fenêtres générées par le viseur de sa position critique sur le monde. Il distingue avec préférence les milieux agricoles ou champêtres, s’appuyant aux forêts ou à la mer, aux chemins ou au patrimoine bâti, là où beaucoup d’humains des lignes tracent et des terrains aménagent, à volonté. La région de l’ouest du Lac-Saint-Jean lui procura l’espace de vie des deux premières décennies de son existence. Le territoire, plissé par les rivières, troué par les lacs, parsemé d’artefacts et occupé par une infinie variété d’activités agricoles, industriel et sylvicoles, embrasa sa vision. Le grand vent, joueur et enjôleur, dans les feuilles au sol, comme pour leur insuffler vie, fit de lui un observateur méditatif qu’il s’’efforce de ne jamais perdre de vue.

La photographie revendique sa présence avec raison, entre autres parce qu’il a en tête des images et des souvenirs, un matériau rendu accessible par l’inconscient. En Gaspésie, il visite les paysages qui lui sont familiers, dans et aux abords des villages et des rangs, comme il le faisais à l’âge juvénile. Sa caméra encadre et photographie les petites histoires qui défilent dans son esprit. Avec le recul des années, une prise de conscience s’installe dans une perspective où les autres, ceux qui regardent ses photographies, font partie de la donne.

La photographie numérique lui permet de créer de nouveaux espaces picturaux d’exploration esthétique, émotionnelle et conceptuelle. Il l’utilise comme un art pour communiquer au-delà du langage - pour ouvrir à l’observateur un espace de possibilités qui lui permet de rencontrer d’autres façons de se connecter aux réalités de notre monde.

À l’instar de la plume et la page blanche, écrire avec la lumière, ce n’est pas faire apparaître la réalité tel qu’elle apparaît, c’est l’embellir, la comprendre pour mieux la recréer.