Alcazar de carton

Traverser à pied les hectares de terrain laissé vacant, c’est être confronté à une ville à identité diluée, suite à la fermeture, en 2005, de l’ancienne cartonnerie Smurfit Stone à New Richmond, quarante années après sa construction. Depuis, le lopin de terre ne s’est pas retransformé en champ de marguerites et de céréales. C’est un paysage déconstruit en grande partie, infesté par des empreintes de vestiges cisaillés, bosselés, et abandonnés à leur sort. L’une de celles-ci ressort et amalgame cet ensemble chaotique : le pipeline. Tantôt aérien, tantôt souterrain, il faisait couler le chaud mazout visqueux de catégorie 6. Arrivé par bateau au quai, puis transité par la station de pompage et poussé dans le réservoir, le liquide épais s’écoulait lentement vers les fours à mazout, au cœur de la cartonnerie.
Revenant dans mon esprit, comme peut le faire le matériau psychanalytique, ces images, télédiffusées à outrance, sur les destructions en Terre sainte, à Jaqqa ou à Gori, j’ai eu cette réflexion qu’avait été vécue, ici même, à New Richmond, une traversée du désert. Maintenant, cette terre, jadis agricole, est épuisée, en transit, et présente sommairement les bases sur lesquelles reposait le cycle de la production de richesses.
La présence de cet alcazar déchu marque les injonctions économiques qui pesèrent lourdement sur cette parcelle terrestre. Ce château en ruines révèle la société moderne sous son règne actuel, en mutation sous la roue dentelée du progrès, en concordance avec les valeurs du XXIe siècle. Nous vivons avec la mondialisation, l’économie virtuelle, le capitalisme des marchandises libre-échangées, et les délices de ce que nous propose le capital international.
Notre prodigieuse intelligence est telle que nous sommes en mesure de consommer, en quelques décennies, toute une usine de carton. Face au soleil et aux vents séducteurs, elle n’aura été qu’une éphémère. Pour les quelques centaines de travailleurs, elle fut ce bel été pendant lequel se sont exprimées des décennies d’expériences de vie et de désirs d’acheter fleurs et chocolats.
Aujourd’hui, l’ex-Smurfit Stone est ceinturée de fils de fer barbelés inutiles. Des messages codés apparaissant sur les écriteaux, tels que "PROPRIÉTÉ PRIVÉE", "DANGER", "HAUTE TENSION", hantent les esprits distraits qui s’en approchent. On entre pas n’importe où ici, mais dans un paysage en désarroi, un cadastre se situant à l’antithèse de l’écologie, une représentation aboutie d’une forme de réel.
La retouche consentie à ces photographies prises à des moments particuliers, a cet effet de permettre à la beauté et à la grâce d’émerger des décombres, effet qui agit sur moi en m’entraînant à mon tour dans la déroute.

Cardboard Alcazar
Walking through hectares of vacant land is like walking into a city with a diluted identity, following the closure in 2005 of the former Smurfit Stone cardboard mill in New Richmond, forty years after its construction. Since, the parcel of land hasn’t turned back into a field of daisies and cereal. It is a landscape, largely deconstructed, infested by the footprints of sheared, bumpy vestiges, and abandoned to their fate. One of them springs out and amalgamates this chaotic whole : the pipeline. Sometimes airborne, sometimes underground, it made the hot viscous oil of category 6 flow. Arriving by boat at the wharf, then transited through the pumping station and pushed into the tank, the thick liquid slowly flowed towards the fuel oil ovens, at the heart of the cardboard mill.
Returning to my mind, as the psychoanalytic material can do, these images, televised to excess, on the destructions in the Holy land, Jaqqa or Gori, I had this reflection that was lived here in New Richmond, a dry period. Now, this once agricultural land is exhausted, in transit, and briefly presents the foundations on which the cycle of wealth production rested.
The presence of this fallen alcazar shows marks the economic injunctions which weighed heavily on this parcel of land. This ruined stronghold reveals modern society under its present reign, in accordance with the values of the 21st century. We live with globalization, the virtual economy, the capitalism of free trade commodities, and the delights of what international capital has to offer.
Our prodigious intelligence is such that, in forty years, we are able to consume an entire cardboard mill. Faced with the sun or the seductive winds, it has only been a mayfly. For the few hundred workers, it was this beautiful summer during which decades of life experiences and desires to buy flowers and chocolates were expressed. Today, the former Smurfit Stone is surrounded by useless barbed wires. Coded messages appearing on the signs, such as "PRIVATE PROPERTY", "DANGER". "HIGH VOLTAGE", haunt the distracted spirits approaching. We enter not just anywhere here, but in a landscape in disarray, a cadastre at the antithesis of ecology, a mature representation of a form of reality.
The retouching consented to these photographs taken at particular moments, has this effect of allowing beauty and grace to emerge from the rubble, an effect that acts on me by dragging me in turn into the disarray.

sans titre no.1 ©Albert Picard sans titre no.2 ©Albert Picard sans titre no.3 ©Albert Picard sans titre no.4 ©Albert Picard sans titre no.5 ©Albert Picard sans titre no.6 ©Albert Picard sans titre no.7 ©Albert Picard sans titre no.8 ©Albert Picard sans titre no.9 ©Albert Picard sans titre no.10 ©Albert Picard Sans titre no.11 ©Albert Picard Sans titre no.12 ©Albert Picard sans titre no.13 ©Albert Picard sans titre no.14 ©Albert Picard sans titre no.15 ©Albert Picard Sans titre no.16 ©Albert Picard sans titre no.17 ©Albert Picard Sans titre no.18 ©Albert Picard sans titre no.19 ©Albert Picard sans titre no.20 ©Albert Picard sans titre no.21 ©Albert Picard sans titre no.22 ©Albert Picard sans titre no.23 ©Albert Picard
Alcazar de carton

Cliquer ICI pour envoyer un commentaire

Merci

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.