Fermes

Fermes
(corpus photographique ouvert. Sélection)

Depuis l’arrivée de l’ère post-industriel, plus rien n’est pareil, plus rien n’est ce que je m’imaginais. Les familles à dix enfants procurant la main-d’oeuvre n’existent plus, À l’inverse, les instruments aratoires et les vestiges sont partout. Les granges-étables ou les hangars tombent en lambeaux. Les troupeaux de quinze vaches traites à la main, dans un nuage de mouches domestiques, sont passés à cinquante, cent, voire deux cent cinquante vaches traites à l’aide de robots.. Les injonctions économiques hissent les voiles. Les registres de trésorerie décrivant le passif et l’actif dictent le code de conduite, les banques exigeant de la performance.
Je n’examine pas notre façon de faire afin de la soumettre à l’interprétation. C’est plutôt une manière de regarder où résident les fermes sur le territoire. Ces exploitations agricoles qui, invinciblement lointaines, gravitent doucement dans une boucle de rétroaction qui, soit les fait croître canoniquement, soit les transforme en déserts.
Toutes ces terres en culture céréalière, jamais au repos, montrent une évolution en harmonie avec la manière dont nous interagissons avec elles. Je regarde ce qui est à notre disposition. D’abord il y a la topographie, la géographie, l’agencement avec des chemins de traverse, des infrastructures électriques ou ferroviaires, des vaches en stabulation entravée ou, parfois, libre, des robots de traite, des travaux d’enfouissement de drains, des semis à l’infinie, des monocultures qui donnent des récoltes en milliers de tonnes. Ensuite, il y a le territoire agricole qui confine les fermes à l’intérieur de ses frontières. Finalement, il y a des entreprises changeantes.
Une dynamique s’est installée et entretient des relations interconnectées à l’environnement, aux femmes, aux hommes et aux animaux, au gouvernement avec ses différentes politiques, aux consommateurs, à la courbe démographique, à la mécanisation, à la gestion de l’offre, à la vision capitaliste d’une exploitation agricole, à la spécialisation, aux quotas de production, à la régie des marchés agricoles, aux petits ou gros producteurs, et à la relève.
Apparaissent les empreintes sur la rétine de notre compréhension du monde. Ce territoire, nous le servons, à cause des liens que nous avons tissés avec le passé et les milieux de vie, à cause de ce que nous en tirons.

ferme no.1
ferme no.2
ferme no. 3
ferme no.4
ferme no.5
ferme no.6
ferme no.7
ferme no.8
ferme no.9
ferme no.10
ferme no.11
ferme no.12
ferme no.13
ferme no.14
ferme no.15
ferme no.16
ferme no.17
ferme no.18
ferme no.19
ferme no.20
ferme no.21
ferme no.22
ferme no.23
ferme no.24
Ferme No. 25
Ferme no. 26

Cliquer ICI pour envoyer un commentaire

Merci

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Fermes