Les rivages du monde

Les rivages du monde (Corpus photographique ouvert. Sélection)

Mes déplacements se font sur la marge périphérique, toujours repoussée à plus loin, se trouve, nonobstant ce, à un jet de pierre du centre de mon village. La marche, principalement, permet de l’arpenter intimement. S’étendant sur 199 kilomètres carrés, chaque mètre négocie et renégocie ses prérogatives.
Partout, on peut observer les effets rampants du développement. Des plantes arbustives ou rudérales ont recouvré leurs droits au soleil, comme moyen de vivre, malgré les assauts des nouveaux changements opérés sur le théâtre cadastral.
Les villageois tissent les textiles de leur existence et s’inventent une trame pour leurs activités : implantation d’un secteur commercial, création d’un nouveau lien routier, chevauchée des parterres agricoles, plantation d’une ligne électrique, création de sentiers causée par les pas répétés quotidiennement, dépôt de ferrailles de tout acabit et, surtout, exercice des privilèges des enfants qui, dès leurs premières années, inventent et apprennent des scénarios de conquête territoriale.
Notre territoire est décomposé en dénominations comme, par exemple, espaces récréatifs, zonage industriel ou commercial, unités de voisinage. Leurs marges constituent les rivages d’un monde en expansion ou en contraction. Telle la marée qui, avec sa force brute colossale, définit où commence le bord de la terre et où finit le bord de la mer, mais jamais de façon définitive, les enfants, les hommes et les femmes étendent sur le sol des textes audibles qui oscillent dans tous les sens, les rendant désormais ambivalents.
Le regard esthétique sur nos empreintes heurtant la nature peut être une saine acceptation de ce qui est. Autrement, il s’agit d’une impuissance douloureuse dénonciatrice, comme peut l’être une prise de position socio-politique.

The shores of the world
My movements on the peripheral margin, always pushed further away, and which is, notwithstanding this, a stone’s throw from the center of my village. Walking, mainly, allows one to explore intimately. Covering 199 square kilometres, each metre negotiates and renegotiates its prerogatives.
The creeping effects of development can be seen everywhere. Shrub or ruderal plants have regained their rights to the sun as a way of life, despite the onslaught of new changes in cadastral theatre.
The villagers weave the textiles of their live and invent a framework for their activities : establishment of a commercial sector, creation of a new road link, straddling of agricultural parterres, planting of an electric line, creation of paths caused by the steps repeated daily, deposit of scrap of all kinds and, especially, exercise of the privileges of the children who, from their first years, invent and learn scenarios of territorial conquest.
Our territory is divided into names such as recreational areas, industrial or commercial zoning, neighbourhood units. Their margins constitute the edges of an expanding or contracting world. Like the tide which, with its colossal brute force, defines where the edge of the earth begins and where the edge of the sea ends, but never definitively, children, men and women spread audible texts on the ground that oscillate in all directions, making them now ambivalent.
The aesthetic gaze on our footprints hurting nature can be a healthy acceptance of what is. Otherwise, it is a painful denunciatory impotence, as can be a socio-political stance.

NR-5 734 243 ©Albert Picard NR-5 017 062 ©Albert Picard NR-5 788 367 ©Albert Picard NR-5 321 384 ©Albert Picard NR-5 321 512 ©Albert Picard NR-5 017 099 ©Albert Picard NR-5 320 688 ©Albert Picard NR-5 016 636 ©Albert Picard NR-5 320 475 ©Albert Picard NR-5 320 640 ©Albert Picard NR-5 015 779 ©Albert Picard NR-5 516 539 ©Albert Picard NR-5 016 408 ©Albert Picard NR-5 321 512 ©Albert Picard NR-6 159 885 ©Albert Picard NR-5 320 895 ©Albert Picard NR-5 016 443 ©Albert Picard NR-5 320 852 ©Albert Picard
Les rivages du monde

Cliquer ICI pour envoyer un commentaire

Merci

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.